• ETRE AVEC EUX, journal d’une hébergeuse de migrants

  • Bernadette Mouvet

    2014. Comme la plupart des pays européens, la Belgique refuse de prendre sa part dans l’accueil des réfugiés qui atteignent ses frontières. Des centaines de candidats à l’asile sont laissés sans abri ni assistance dans un parc bruxellois, le Parc Maximilien, où ils attendent d’être reçus par l’Office des Etrangers, situé tout à côté.
    2015. Indignés par cette situation, de nombreux citoyens et plusieurs collectifs se mobilisent et fondent la « Plateforme citoyenne de Soutien aux Réfugiés » qui aura pour mission de fournir un hébergement aux migrants du parc.
    2019. La plupart des sept cents à huit cents migrants qui fréquentent le parc Maximilien sont hébergés dans des familles de la capitale ou de province. Bernadette Mouvet est de ceux-là.

    Place publique • octobre 2019 • 978-2-87267-222-6 • 120 pages • 10,8-18 cm • 10 €

  • ET VOILA LE TRAVAIL

  • Compagnie Maritime

    Un plateau de théâtre, trois personnages qui travaillent aux préparatifs du spectacle qui sera présenté le soir même.
    À partir de ce microcosme, la Compagnie Maritime ne propose pas un spectacle sur le théâtre, mais sur le travail.
    Depuis l’après-guerre, les « Trente glorieuses », le plein emploi et le progrès sans fin, puis les crises répétées, le chômage et l’ubérisation comme seules perspectives, l’idée même du travail est totalement bouleversée. Comment les jeunes adultes d’aujourd’hui peuvent-ils y trouver leur place ?

    Théâtre-Action • octobre 2019 • 978-2-87267-219-6 • 72 pages • 12,5-21 cm • 10 €

  • Opération MACRON

  • Éric Stemmelen

    « Je suis statisticien de formation : je ne crois donc pas à l’incroyable. Je sais que lorsque l’enchaînement des événements est toujours favorable à la même personne, cela n’est que très rarement l’effet du hasard. Au casino, un joueur chanceux c’est une chose, un tricheur professionnel à la solde d’une bande d’escrocs, c’en est une autre. »

    Avec la précision et la minutie d’un horloger, Éric Stemmelen démonte les mécanismes de fabrication de la « créature » nécessaire à ce qu’il nomme un tranquille coup d’Etat.
    De janvier 2012 jusqu’à l’intronisation « jupitérienne » de 2017, il a investigué, fouillé, décortiqué au jour le jour l’ensemble des médias français aux mains de la grande finance. Et sous nos yeux, page après page, se reconstitue le puzzle : comme dans une enquête policière, s’élabore le « storytelling », la merveilleuse ascension inlassablement répétée, mensonge et falsification inclues si nécessaire.
    Le pouvoir financier et économique voulait un homme à sa dévotion, les médias à ses ordres l’ont fabriqué.

    Préface de Gérard Mordillat
    Prologue de François Ruffin

    (En annexe, une nomenclature très complète des médias et de leurs propriétaires respectifs : un outil précieux pour identifier l’origine de nos informations.)

    Place publique • juin 2019 • 978-2-87267-218-9 • 240 pages • 15-21,5 cm • 16 €

    « Chronique d’un tranquille coup d’Etat ». - POUR.press
    Eric Stemmelen , auteur de « Opération Macron » - Bercoff dans tous ses états - YouTube
  • S’engager dans un atelier-théâtre

  • Rachel Brahy

    Docteur en sciences politiques et sociales de l’Université de Liège, Rachel Brahy consacre son étude à la création théâtrale collective en atelier. En suivant le travail concret de plusieurs compagnies de théâtre-action, elle témoigne de l’évolution d’une démarche d’éducation et de culture populaires, apparue dans les années 1970, et soulève la question, au travers des différentes expériences de création qu’elle a accompagnées, de ce qui subsiste de sa portée politique dans un monde dominé par l’économie.

    « Quelles sont les règles de la cohabitation culturelle dans une économie mondiale de marché structurellement inégalitaire ? Dans sa singularité, l’étude de Rachel Brahy nous donne à y réfléchir, dans ses diverses dimensions, de l‘intime et du collectif, et c’est un bien précieux pour nous » (Extrait de la préface de Roland de Bodt).

    Avec un supplément de Laurent Thévenot.

    Place publique • juin 2019 • 978-2-87267-217-2 • 240 pages • 15-21,5 cm • 16 €

    Grand résumé de S’engager dans un atelier-théâtre. À la recherche du sens de l’expérience, Mons, Éditions du Cerisier, 2019
  • MADE IN PALESTINE

  • Une musicienne belge, sympa et maladroite, débarque à l’aéroport de Tel Aviv et perd son orchestre. Elle embarque dans le premier bus qui se présente, espérant retrouver son groupe : « yes, my first time in Jerusalem, capitale of Palestine ! »

    Le quotidien des Palestiniens est traversé dans toutes ses dimensions par l’occupation israélienne. Les images choc qui arrivent jusqu’à la presse occidentale ne parviennent pas à rendre compte de la multiplicité des formes de l’oppression, de la complication imposée à chaque acte banal. Le personnage est immergé dans ce quotidien âpre et pourtant plein de vitalité.

    THEATRE ACTION
    Mars 2019, 72 p., 10 €
    978-2-87267-216-5

  • VIES A L’OMBRE

  • de Giovanni LENTINI

    Pour son troisième roman, Giovanni Lentini revient à Seraing, cette banlieue liégeoise de son enfance.
    Une impasse, ruelle étroite et sombre, « réservée aux pauvres, aux étrangers, aux rejetés, aux abîmés de la vie, aux délaissés, aux déclassés. » C’est là que naît Giuseppe : Pino pour ses parents venus de Sicile en 1946, Jojo pour les copains de l’école. C’est là qu’il va vivre toute son enfance, et si le soleil n’y fait que de furtives apparitions, sa ruelle se colorie d’une vie chaleureuse, espiègle et bigarrée.
    À l’écart de la rue Molinay, la grande rue commerçante, symbole de la société de consommation naissante, la ruelle est elle-même le microcosme d’une société humble mais pas misérable, dure parfois, solidaire toujours. Un petit peuple, fier et debout.

    Giovanni Lentini aime ses personnages, et les fait aimer au lecteur. A travers eux, c’est une époque essentielle de l’histoire contemporaine qu’il met en scène : celle qui voit la naissance des « Trente glorieuses », mais celle aussi de la grande grève de l’hiver 60-61. Une époque qui voit basculer un monde attaché à ses traditions vers une modernité qui va tout bousculer.
    C’est de là que vient notre monde d’aujourd’hui, et ces « Vies à l’ombre » nous l’éclairent d’un point de vue inattendu.

    Giovanni Lentini est né en 1951 à Seraing. Sociologue. Ex-journaliste. Réalisateur, notamment du documentaire TV 1946-1956 : les années de l’espoir. Auteur d’un essai L’abécédaire de l’égalité, aux éditions Luc Pire et de deux romans Francesco et François et J’irai plus loin, tous deux aux éditions du Cerisier.

    Faits et Gestes
    Mars 2019, 152 p., 12 €
    978-2-87267-215-8

    Vies à l’ombre, le nouveau roman de Giovanni Lentini - RTC Télé Liège
    Un Eté la Page : la sélection de la librairie Long Courrier - RTC Télé Liège
  • ÇA VA D’ALLER… Y A PAS D’AVANCE

  • GIROLAMO SANTOCONO

    Santocono est un raconteur d’histoires, c’est lui-même qui le dit. Et voilà qu’il nous en livre un plein panier !
    Bien sûr, on y retrouve son Italie natale, et cette Région du Centre où est quasi toute sa vie. Mais il nous fait voyager bien au-delà. Dans l’espace et le temps, le passé ou l’avenir.
    Avec une truculence joviale ou une tendresse malicieuse, à partir de réalités quotidiennes et banales, ou de trajets de vie hors du commun, il fait décoller ses récits dans une autre dimension.
    Et avec une langue qui fait la nique aux académismes asséchés, il plante ses personnages de chair et de verve dans un décor qui nous est à la fois familier et riche de sens inattendus.
    Des histoires savoureuses, jamais futiles ni moralisatrices, et pourtant Santocono y touche souvent à l’essentiel, sans jamais la ramener.

    Né en Sicile en 1950, arrivé en Belgique en 1953. Une enfance heureuse dans les baraquements et une adolescence heureuse à Morlanwelz. Licencié en sociologie, ex-animateur/directeur du Centre culturel de Chapelle-lez-Herlaimont, il a de nombreuses expériences tant en théâtre qu’en musique et cinéma. Il est l’auteur de deux romans Rue des Italiens et Dinddra, tous deux édités aux Éditions du Cerisier.

    GRIOTTES
    Octobre 2018, 256 p., 14 €
    9782872672134

  • LES MEILLEURS MORCEAUX DU MAMMOUTH

  • de Charles MANIAN

    Des élus locaux pas très nets, des policiers aux méthodes discutables, on en trouve dans bien des villes. Comme l’auteur l’affirme, toute ressemblance, etc, etc… serait pure coïncidence.
    Et comme dans bien des villes, certains quartiers sont moins fréquentables que d’autres, avec leur jeunes trop basanés pour ne pas être suspects, leurs marginaux « de souche », tout un « petit peuple » difficilement contrôlable. Et parfois explosif. Quand il explose, on appelle cela une émeute.
    De compromis en magouilles des uns, confrontés à la débrouille des autres, Manian nous entraîne dans un scénario délirant porté par un humour subversif et corrosif.
    Hormis le dénouement, où l’horreur replonge dans la pire des réalités. Mais toute ressemblance….

    CERISIER NOIR
    mai 2018 - 160 p. - 12 €
    9782872672110

    [http://bit.ly/2tXqHuh]

  • MILLE ET UNE BOÎTES

  • de Bruno MANSTER

    Bruno Manster est un savant, un scientifique, un philosophe.
    Il se réclame aussi bien du Docteur Faustroll que d’Albert Einstein, de Montaigne et Pascal que du Capitaine Haddock et de l’Oncle Tom.
    Dans son essai néo-pataphysique, il démontre avec brio comment notre univers est constitué de boîtes multiples, de l’infiniment grand à l’infiniment petit.
    De la boîte de Pandore à celle du mouton de Saint-Exupéry, il dessine une fresque de la condition humaine où la réflexion la plus profondément sérieuse rejoint les sphères les plus élevées d’un délire rigolard.

    GRIOTTES
    Mai 2018, 160 p., 12 €
    9782872672127

  • L’OURAGAN A FRAPPE NYUNDO

  • Récit de Félicité Lyamukuru, rescapée du génocide des Tutsis
    Ecrit par Nathalie Caprioli

    De sa jeunesse insouciante et joyeuse jusqu’au génocide en 1994, en poursuivant avec une vie à construire à Bruxelles, le récit de Félicité nous touche par les questions qui, au-delà de l’horreur, restent en suspens.
    Comment rendre justice ? Comment en finir avec le négationnisme ? Comment transmettre cette histoire à ses quatre enfants ?

    Le besoin de savoir, de comprendre devient obsédant. Les réponses à mes questions, je ne les trouverai pas dans les livres, pas toutes en tous cas. Ce que je cherche ? Je veux combler les trous de mémoire, corriger les distorsions, réunir les versions aussi bien de rescapés que de tueurs. J’ignore si ce droit m’est donné, mais je le prends ! À défaut de rite funéraire pour ma famille, j’invente le mien  : un rite à la recherche de la vérité. […] Ce projet s’est concrétisé en avril 2015. Je me suis donc rendue deux semaines au Rwanda, accompagnée de Nathalie, lancée avec moi dans un voyage mémoriel. Vingt et un ans après les faits. J’ai trente-sept ans.

    QUOTIDIENNES - 2018 -14,50 € - 9782872672097 - 125 X 20 - 296 p.

0 | 10 | 20